Louis Gabriel de GOMER (1718 – 1798)

 

 

 

Extrait du Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de France, l'explication de leur armes, & l'état des grandes terres du royaume ... (Franc̜ois Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Badier – 1774)

 

Transcription :

LOUIS-GABRIEL DE GOMER, Chevalier, Seigneur du Quesnel etc. second fils de LOUIS, COMTE DE GOMER, et de Marie-Madeleine de Vandeuil, né le 25, et baptisé le 27 Février 1718, a pour parrain François de Dampierre, Chevalier, Seigneur de Millencourt, Isangremer etc., Capitaine au Régiment de Nettencourt, et pour marraine Dame Charlotte de Vandeuil, Dame de Framerville. Il est entré d’abord Volontaire à l’École d’Artillerie de la Fère, au mois de Septembre 1730 ; a été fait Officier pointeur au mois de septembre 1732 ; Commissaire extraordinaire en Septembre 1734 ; a fait toutes les campagnes d’Allemagne et de Flandre ; a été sur le Bas Rhin à l’armée qui s’est assemblée à Givet en 1741 ; en Bohème en 1742, de là en Bavière ; s’est trouvé en 1743 à la défense de Dingelfing en Bavière et de son Pont ; à l’affaire du petit Landau, vis-à-vis Rheimvillers, où le Prince CHARLES, qui voulait passer le Rhin, fut repoussé à peu de distance du vieux Brisach, où il s’établit dans l’Île de Regna ; a fait en 1744 les sièges de Menin, d’Ypres et de Furnes ; a ensuite été Commissaire ordinaire ; a fait en 1745 les sièges de la ville et citadelle de Tournay, d’Oudenarde, du Château de Gand et de Dendermonde, d’Ostende et de Nieuport ; en 1746, ceux de Liefkenshoek et de Hulft dans le pays de Waes, et celui des Ville et Château de Namur ; s’est trouvé, en 1747, à la bataille de Lawfelt ; a fait ensuite le siège de Berg-op-Zoom, pour lequel il a reçu la Croix de Saint-Louis ; celui de Mastricht en 1748 ; a été fait Commissaire provincial au mois de Septembre 1753 ; employé Commandant en troisième de l’École d’Artillerie de Strasbourg en 1754 ; Commandant en second à l’École du Corps Royal de l’Artillerie et du Génie à Mézières en 1756 ; a fait la campagne sur le Bas-Rhin jusqu’au mois d’Août 1757, qu’il est parti du Weser pour se rendre à l’armée qui s’assembloit à Strasbourg pour aller en Thuringe ; s’est trouvé à la bataille de Rosbac la même année ; a été chargé, en 1758, de tout le dépôt de l’Artillerie du Haut-Rhin et du Mein, à Hanau et Francfort, et sur le Rhin jusqu’à la paix ; en 1759, a été fait Lieutenant-Colonel au Corps Royal de l’Artillerie, et Commandant en chef de l’École des Élèves de ce Corps à la Fère ; et est cependant resté à Francfort pour y commander l’Artillerie pendant les années 1759, 1760, 1761 et 1762. Étant chargé de l’évacuation de toute l’Artillerie de l’Armée du Haut-Rhin, il n’est rentré en France qu’au mois de Mars 1763, pour se rendre au Commandement de l’École des Élèves du Corps Royal à la Fère ; a été Colonel au Corps Royal au mois d’Octobre 1765 ; et au mois d’Août précédent avait été fait Lieutenant de Roi des Ville et Château de Bapaume, où ladite École des Élèves fut transférée l’année suivante, et où il l’a commandée jusqu’à sa suppression, par l’Ordonnance du 23 Août 1772 ; et enfin Brigadier d’Infanterie le 22 janvier 1769.

Le Chevalier de Gomer a épousé (contrat passé le 23 Mai 1762, à Francfort, par Etienne-Jacques Rouffet, Greffier de la Prévôté de l’armée du Haut-Rhin, commandée par MM. les Maréchaux d’Estrées et de Soubise), célébration faite à Francfort en Juin 1762, Henriette-Marie-Adélaïde-Antoinette, née Comtesse de Saint-Félix, fille de haut et puissant Seigneur Messire Antoine-Julien, Comte de Saint-Félix, Chevalier, Seigneur de Marimont, Bassing en Lorraine et autres lieux, et de haute et puissante Dame Marie-Thérèse, née Comtesse de Gourcy. De ce mariage sont nés à Bapaume : - 1. ANTOINE-FRANÇOIS-GABRIEL, le 4 Août 1770 ; - 2. GABRIEL-ANTOINE, le 26 Janvier 1772 ; - 3. VICTOIRE-ADÉLAÏDE-ANTOINETTE, le 23 Décembre 1768.[1]

Généalogie dressée sur titres originaux et d’anciens Mémoires de cette Famille, où il est dit que le chef des armes de MESSIEURS DE GOMER est le Roi d’Ivetot, autrement Lavieret. Ils portent : d’or, à sept merlettes de gueules, 4 en chef et 3 en pointe, et au milieu de l’écu un lambel d’azur. Supports, deux licornes.

 

 

Annuaire de l’Assemblée Nationale :

Informations générales :

M. Louis, Gabriel de Gomer. Né le 25/02/1718 à Quevauvillers (Somme - France). Décédé le 30/07/1798 à Dieuze (Moselle - France).

Député de la Noblesse à l’Assemblée Constituante : 30/03/1789 - 04/11/1789 (Bailliage de Sarreguemines)

Biographie (extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 - A. Robert et G. Cougny) :

Député en 1789, né à Quevauvillers (Somme) le 25 février 1718, mort à Dieuze (Meurthe) le 30 juillet 1798, était maréchal de camp et commandeur de l'ordre de Saint-Louis, lorsqu'il fut élu, le 30 mars 1789, député de la noblesse aux États Généraux pour le bailliage de Sarreguemines. Il fit partie du comité militaire (3 octobre 1789), et donna sa démission le 4 novembre suivant.

 

Mortier à la Gomer (à chambre tronconique)

 

 

Sur les avantages du mortier à la Gomer
(Journal des sciences militaires, tome 20, 1830)


Louis Gabriel, Comte de Gomer, est enterré au cimetière communal de Dieuze.

 

Une vue partielle de la tombe de Louis Gabriel de GOMER au cimetière de Dieuze.
Sur cette tombe, on peut lire :

 

à la mémoire de Louis Gabriel Comte de Gomer né le 25 février 1718 maréchal de camp commandeur de l’ordre royal et militaire de Saint Louis inspecteur général d’artillerie mort en cette ville le 30 juillet 1798

de Henriette Marie Adélaïde Antoinette née Comtesse de Saint Félix son épouse morte en cette ville le 13 mars 1801

de Antoine Gabriel chevalier de Gomer leur second fils mort à Saint Pierre de Martinique le 5 août 1796

de Hermine Antoinette Gabrielle de Gomer leur fille épouse de monsieur Conrad Toublant morte en cette ville le 13 juillet 1816

de Edouard Toublant mort le 22 janvier 1836 âgé de 6 mois

il vécut ce que vivent les roses l'espace d'un matin

des demoiselles Victoire et Louise de Gomer et Dorne [2]

 

extrait de Dieuze et ses hommes célèbres, publication de la MJC de Dieuze – mars 2012

 



[1] Le couple eut au moins une autre fille, Hermine Antoinette (26/12/1773 – 13/07/1816), épouse de Conrad François Toublant, enterrée au cimetière de Dieuze avec ses parents et – sans certitude –  une autre prénommée Louise.

[2] Edouard Toublant, né le 8 juillet 1835 à Dieuze, était le petit-fils d’Hermine de Gomer. Dorne était le serviteur du Comte de Gomer (et de ses filles après sa mort)